Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2014-12-18T18:54:52+01:00

joli conte de Josiane

Publié par MIETTE

voir le lien de Josiane ci-dessous

 

 

Autrefois, tous les arbres de la forêt conservaient
leurs feuilles à l’approche de l’hiver.

 Aujourd’hui, seul
le sapin reste vert à la mauvaise saison.

Aux alentours de Noël, un petit oiseau ne put s’envoler
vers les pays chauds, car son aile était brisée. Comment
allait-il résister à la rigueur de l’hiver ?

Tremblant de froid, il s’abrite dans le feuillage
d’un gros chêne. Le chêne refuse de l’accueillir :
« Va-t-en, tu vas manger tous mes glands » dit-il.

Malgré la neige, il quitte le gros arbre pour se
réfugier dans les branches du hêtre touffu.

 « Ne reste
pas là, tu vas picorer mes faines » dit-il.

Le petit oiseau terrifié s’échappe pour se cacher
dans un bouleau qui le chasse sans tarder :

 « Je ne
veux pas de toi, tu vas salir mes branches ».

Repoussé par tous les arbres, le petit oiseau se couche
dans la neige pour mourir. Il voit soudain à quelques
pas de là un sapin qui lui fait signe. Les ailes
engourdies par le froid, il se traîne vers le sapin.
« Ici, tu ne craAutrefois, tous les arbres de la forêt conservaient
leurs feuilles à l’approche de l’hiver.

 Aujourd’hui, seul
le sapin reste vert à la mauvaise saison.

Aux alentours de Noël, un petit oiseau ne put s’envoler
vers les pays chauds, car son aile était brisée. Comment
allait-il résister à la rigueur de l’hiver ?

Tremblant de froid, il s’abrite dans le feuillage
d’un gros chêne. Le chêne refuse de l’accueillir :
« Va-t-en, tu vas manger tous mes glands » dit-il.

Malgré la neige, il quitte le gros arbre pour se
réfugier dans les branches du hêtre touffu.

 « Ne reste
pas là, tu vas picorer mes faines » dit-il.

Le petit oiseau terrifié s’échappe pour se cacher
dans un bouleau qui le chasse sans tarder :

 « Je ne
veux pas de toi, tu vas salir mes branches ».

Repoussé par tous les arbres, le petit oiseau se couche
dans la neige pour mourir. Il voit soudain à quelques
pas de là un sapin qui lui fait signe. Les ailes
engourdies par le froid, il se traîne vers le sapin.
« Ici, tu ne crains rien, je te protégerai » lui dit-il.
La veille de Noël, un vent terrible souffla sur la forêt.
Tous les arbres perdirent leurs feuilles sous la force du
vent. Seul le sapin conserva son feuillage, car il avait
accueilli le petit oiseau malade.

Voilà pourquoi le sapin est aujourd’hui l’arbre de
Noël, généreux et protecteur, autour duquel
nous nous réunissons.

(D’après H.J. Troxler, ) 

 

Comme quoi un bienfait n’est jamais perdu……

*****************

 

 

 

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

flipperine 20/12/2014 16:46

j'ai déjà vu plusieurs fs ce conte sur les blogs

NAYS 19/12/2014 08:58

Bonjour Miette

un bien joli conte, je suis lectrice de Josiane :)
bonne journée Miette
bisous de chez nous **

jean 19/12/2014 08:56

Voilà un joli conte... nous sommes d'accord un bienfait n'ai jamais perdu...
Amitiés
Jean

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog